Par Sandrine
1 novembre 2018 · Lecture de 7 min

Tout savoir sur la pompe à chaleur


pac

La pompe à chaleur, un système écologique et économique

En territoire helvète, avec une part de consommation totale supérieure à 80 %, le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire sont les plus gros consommateurs d’énergie mais aussi les principaux émetteurs de CO2 d’une habitation.

Dans un contexte où le respect de l’environnement devrait être au centre de nos préoccupations, il se pose la question d’une solution écologique pour faire face à nos dépenses énergétiques. Existe-il donc une technologie capable de subvenir à nos besoins en chauffage en minimisant les dégâts causés à la nature?

Avec des émissions de CO2 proches de 0 %, la pompe à chaleur, surnommée PAC, constitue l’un des meilleurs moyens de subvenir à nos besoins en calories domestiques de façon inoffensive pour notre planète tout en restant extrêmement intéressante d’un point de vue économique.

Son secret, notamment connu depuis presque 90 ans par la mairie de Zürich, réside dans l’utilisation d’une énergie gratuite, propre et inépuisable : offerte par le Soleil et accumulée chaque jour dans l’air, l’eau et la terre.

Avec une durée de vie dépassant les 20 ans ainsi qu’un faible coût d’entretien, la PAC trouve sa place tant dans un projet de construction que de rénovation.

De plus tout comme pour les installations photovoltaïques, votre investissement dans une pompe à chaleur pourra bénéficier d’une déduction fiscale.

Sa fiabilité et ses performances toujours meilleures font que jusqu’à 90 % des nouvelles constructions sont équipées de PAC.

Il est temps de démystifier cette invention sophistiquée.

Concrètement, qu'est-ce qu'une PAC?

C’est un moyen de chauffage thermodynamique.

Une PAC fonctionne à l’inverse du réfrigérateur, en pompant la chaleur extérieure dans l’air, le sol ou l’eau pour la restituer dans votre habitation en employant une faible quantité d’électricité.

Ainsi pour 100% d’énergie il faut en moyenne 75% d’énergie environnementale et 25% d’électricité soit 3 fois moins qu’un système de chauffage électrique.

L’efficacité d’une PAC est chiffrable grâce au Coefficient de Performance (COP). Le COP représente le nombre de kWh de chaleur produit pour 1 kWh d’électricité consommée. Il se calcule ainsi:

Quantité de chaleur / Quantité d'électricité consommée

Le principe de fonctionnement de la pompe à chaleur est le suivant:

  • L’évaporateur absorbe la chaleur captée à l’extérieur et la transmet au fluide caloporteur qui, mis sous pression, s'évapore.
  • La vapeur est aspirée dans le compresseur qui la comprime à haute pression augmentant ainsi sa température et la presse dans le condenseur
  • Le détenteur diminue la température du fluide caloporteur qui redevient liquide et retourne à l’évaporateur.
  • Un nouveau cycle peut reprendre.

Les différents types de pompes à chaleur

Les pompes à chaleur sont classées en fonction du type d’énergie externe qu’elles exploitent.

Géothermique

Elle utilise les calories du sol ou de l’eau.

Lorsque la chaleur est puisée dans les eaux de surfaces (lacs, rivières, ruisseaux) ou souterraines (puits creusé jusque dans une nappe phréatique) on parle plus précisément d’aquathermie.

C’est la solution la moins courante car cela implique une source d’eau proche et exploitable ainsi que d’obtenir les autorisations non seulement communales mais aussi cantonales.

L’exploitation des calories présentes dans le sol se fait soit au moyen d’une ou plusieurs sondes verticales (forage),soit de pieux énergétiques soit d’un réseau de tubes installé horizontalement à faible profondeur.

Contrairement aux sondes verticales qui ne requiert que de quelques m2 de terrain, l’installation à l’horizontal utilisera au minimum une surface 1,5 fois supérieure à celle votre logement . Cette zone ne sera plus exploitable pour la plantation d’arbustes afin d’éviter d’endommager les tubes enterrés à moins de 2m de profondeur.

En optant pour un forage vertical la surface sera moindre et les performances plus probantes puisque la température du sol à 100 mètres de profondeur subit peu les variations climatiques.

Les sondes géothermiques ont une durée de vie au moins 50 ans. Son COP se situe entre 3 et 4 soit 25 % plus efficace qu’une PAC air-eau. Malgré un coût d’installation restant élevé, soumise à autorisation au niveau cantonale. La Suisse apparaît 1ère mondiale dans l’installation des sondes géothermiques au km2 et bénéficie de subvention sur l’ensemble du territoire.

Aérothermique

Elle utilise les calories de l’air. Il en existe 2 sortes :

La PAC air-air puise l’énergie de l’air extérieur et la retransmet dans les différentes pièces par le biais de ventilo-convecteurs installés discrètement au dessus des portes de chaque pièce.

Son faible encombrement tant à l’intérieur (au dessus des portes) qu’à l’extérieur du bâtiment (elle peut même être installée sur un balcon), sa facilité d’installation, sa production de CO2 nulle (lutte contre le réchauffement climatique), sans oublier son coût d’investissement très abordable en font un choix privilégié pour la rénovation et les locaux ne disposant d’aucun espace outdoor.

De plus, très souvent elle est conçue pour servir de climatiseur en été. Il est important de noter qu’elle ne fournit pas d’eau chaude sanitaire contrairement à la PAC air-eau.

Son rendement varie en fonction de la température extérieure. Son COP est situé aux alentours de 3.

Elle fonctionne grâce à un fluide frigorigène écologique et un compresseur électrique.

La PAC air-eau utilise la chaleur de l’air extérieur qu’elle transfère à l’intérieur via le circuit d’eau alimentant les radiateurs ou le plancher chauffant.

Elle permet aussi de produire de l’eau chaude sanitaire. Son COP est de 3.

Tout comme pour la PAC air-air, si on choisit l’installation à l’extérieur de la partie servant à capter l’air, il suffit de disposer d’un espace suffisant sans autant nécessiter un jardin et d’un circuit de chauffage (radiateurs ou planchers chauffants) par lequel sera diffusée la chaleur.

Il me paraît important d’aborder le volet nuisance sonore tant pour le confort que pour la protection de l’environnement car qui dit ventilateur dit bruit :( Heureusement la pollution par le bruit est sérieusement réglementée (www.cerclebruit.ch).

Grâce à un choix judicieux du lieu pour l’installation à outdoor et les différentes adaptations complémentaires disponibles pour réduire le volume sonore sans oublier la technologie toujours plus au point, il est rare de devoir renoncer au choix d’une PAC.

Les subventions pour les pompes à chaleur aérothermiques varient d’un canton à l’autre. Cependant le site www.energie-experten.ch/. offre un excellent aperçu en quelques clics.

Et si on parlait de rentabilité / fiabilité

Il est évident que l’installation d’un chauffage électrique (interdit déjà dans plusieurs cantons) ou à combustible fossile présente un faible coût d’investissement à court terme. Cependant les coûts énergétiques (prix du gaz, mazout, électricité) sont et seront sans doute en hausse constante ces prochaines années.

Les PAC répondent à l’engagement de la Suisse envers les énergies renouvelables avec l’acceptation de la Stratégie énergétique 2050 (votée en mai 2017) et la politique climatique.

En choisissant d’investir dans une pompe à chaleur vous tirez profit de l’énergie gratuite et renouvelable et vous vous engagez en faveur de la protection de l’environnement car elle ne recourt à aucune énergie fossile et présente surtout une émission de CO2 nulle (lutte contre le réchauffement climatique).

Les PAC vous garantissent un confort optimal avec un rapport qualité/prix/performance excellent.

Petit détail qui a son importance : lors de la revente de votre bien, celui-ci sera valorisé grâce à son étiquette énergétique. La performance énergétique est un critère de choix très important.

Vous hésitez encore? Sur le site www.fws.ch vous disposez :

  • des fournisseurs et des pompes à chaleur certifiés
  • d’un tableau des chauffe-eau PAC certifiés.
  • de la liste de foreurs certifiés

Par Sandrine
Rédactrice Buildigo.ch