Par Sandrine
27 juillet 2018 · Lecture de 3 min

Climatisation : Faire le choix « cool »


climatisation climatiseur

Améliorer le bien-être au travail ou chez soi sans nuisances sonores tout en étant vigilant à la consommation d'énergie c’est le défi à relever quant au modèle de climatisation que vous allez choisir d’installer.

L’idéal est de planifier l’installation de votre climatiseur avant l’arrivée des fortes chaleurs.

Afin de déterminer avec précision le type de climatiseur correspondant le mieux à vos besoins, il me semble judicieux de débuter la démarche par un bilan thermique. Celui-ci vous fournira des indications objectives et fiables.

Les différents types de climatiseur

Il existe 2 catégories de climatisations qui peuvent être l’une et l’autre fixe ou mobile. L’important est de définir votre besoin en rafraichissement, la surface et le nombre de pièces à climatiser.

Pour des coups de chaud ponctuels :

Les monoblocs, conçu en une seule partie, conviennent pour des espaces restreint (max. 35m2). Ils sont simple d’utilisation et sans contrainte d’installation mais nécessitent néanmoins d’avoir une fenêtre ou une ouverture dans la paroi murale pour l’évacuation de la chaleur.

D’ordinaire, il est équipé de roulette, ce qui vous permet de le changer de pièce facilement. L’air frais est garanti mais ce sont des appareils bruyants (65dB en moyenne) et très énergivore.

Pour des chaleurs chroniques :

Les splits sont des modèles comprenant une partie à installer à l’extérieur et les autres parties à installer dans les pièces à climatiser. Nécessitant une installation plus importante que les monoblocs, ils sont également plus couteux à l’achat mais permettent de refroidir des surfaces plus importantes et consomment moins d’énergie.

Il faut cependant garder en tête que la législation Suisse est très restrictive et nécessite habituellement une autorisation d’installation (sauf dans le cas des climatiseurs mobiles).

Et l'écologie dans tout ça ?

Si vous voulez privilégier des solutions économiques et écologiques pour rafraichir votre habitat, vous pouvez aussi privilégier les techniques naturelles de rafraichissement qu’on appelle bioclimatique.

Quelques exemples de solutions bioclimatiques :

  • Puit canadien, échangeur géothermique utilisé pour rafraîchir ou réchauffer l’air ventilé dans un bâtiment.
  • Plantation d’arbre feuillus ou de haie autour de la maison afin de maximiser l’ombrage tout en laissant passer les rayons solaires en hiver.
  • Optimiser le positionnement des espaces vitrés, prévoir des fenêtres essentiellement au sud (sauf pour les vélux), peu à l’est, le moins possible au Nord et à l’ouest.

Même si le principe de rafraîchissement de ces solutions est limité en fonction de la température extérieure, elles ont l’avantage d’être souvent plus économique, plus optimale pour gérer l’humidité de l’air et restent 100% naturelles.

Donc cet été restez « cool » mais n’oubliez pas qu’il faut respecter un écart de température maximum de 7° C entre l’extérieur et la pièce climatisée afin d’éviter qu’un rhume ne vienne ternir vos vacances.


Par Sandrine
Rédactrice Buildigo.ch